Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   11-07-2008   by Par Serge Poirier

Pneus performance: un créneau en expansion


Avec les dimensions qui augmentent à chaque année, les manufacturiers de pneus en sont rendus à fabriquer des produits aux différentes caractéristiques sur des carcasses (green casing) de même grandeur. Un des créneaux qui prend du volume est celui des pneus de performance ¿ avec indice de vitesse V ¿ tout en maintenant une cote d’usure au dessus de 450. Le créneau des produits ultra haute performance a été développé et a pris beaucoup d’essor depuis quelques années, mais cette fois, c’est une autre niche qui prend une plus grande part du marché : des pneus qui jumellent les qualités tourisme et performance ou le confort allié à la tenue de route.

Une évolution constante
Quand les normes UTQG sont apparues au début des années 80, un pneu avec indice de vitesse V avait une espérance de vie limitée et l’indice sur le flanc oscillait entre 200 et 250. À l’époque, les produits de très hautes performances annonçaient des indices souvent sous le chiffre nominal de 100. À peine la durée d’un été si on levait le pied de temps en temps. Mais les temps ont changé, comme dit la chanson, et les ingénieurs, les chimistes et les designers ont fait des pas de géant dans ce secteur.

La construction avec enroulement en spirale pour former la bande de roulement, l’inclusion de la silice et du carbone (le noir et la fibre) dans le composé de gommes et la généralisation des semelles directionnelles ou asymétriques, la flexibilité des flancs et l’apparition de tringles protégées par un bourrelet, tous ces phénomènes ont contribué à fabriquer des pneus plus confortables et surtout plus résistant à la chaleur, premier ennemi de la longévité.

Chaque manufacturier a son procédé secret, sa technologie et sa mise en marché, d’autres passent par le sport automobile pour faire la promotion de leur marque, mais en bout de ligne, en concoctant des UHPT (Ultra High Performance Tire), ce sont aussi les moins performants qui en ont profité.

Des exemples
Les principaux manufacturiers ont plus d’une proposition dans ce créneau. Chez Bridgestone on verra les nouveaux Potenza G019 Grid ou le 760 Sport ¿ qui remplace le 750; chez Michelin, le MXV4 est devenu le Primacy MXV4 avec un code d’usure atteignant rien de moins que 620! Yokohama n’est pas en reste : sa gamme ADVAN a transféré de ses propriétés à la gamme Avid et le V4S possède un code d’usure de 500. Même chose chez Pirelli alors que le nouveau P6 profite des avantages de la gamme des PZero et chez Goodyear où le ResponseEdge a hérité des véloces Eagle.

De plus en plus de véhicules ont en monte d’origine de ces pneus dits haute performance, qui sont finalement des hybrides entre tourisme et performance. Les Acura, Volvo, Mercedes, Mazda Speed et Audi sont autant d’exemples de voitures qui allient douceur de roulement et tenue de route.

Il sera donc important pour l’aviseur qui propose un de ces pneus au consommateur de s’assurer de faire valoir les mérites de ces nouveaux produits, de mentionner que la longévité est au rendez-vous et que la tenue de route sera supérieure. Il devient de plus en plus important de bien cerner le type de véhicule, le produit qui est en monte d’origine et le type de conduite que préconise le client et son budget. Alors seulement sera-t-il possible de dénicher la bonne offre.