Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   20-07-2007   by Un marché vert ¿florissant

Moteurs et transmissions « recyclés »


Derrière l¿immeuble à facade de Rolls Royce de Pintendre ou dans les enclos de voitures de Lacavalier se cache un marché¿ vert très prospère: celui du recyclage de moteurs et de transmissions automobiles. Le Québec compte par ailleurs plusieurs dizaines d¿ateliers indépendants, ou affiliés à un réseau, de remise à neuf de moteurs et de transmissions. On économise ainsi des ressources importantes en réusinant ou réajustant ces pièces maîtresses, pour le plus grand bénéfice du garagiste et du consommateur.

Les deux plus grands recycleurs du Québec ont développé chacun de leur côté un système de contrôle de qualité qui permet à des milliers de moteurs « encore bons » de se trouver une niche dans le marché prospère du moteur de remplacement. Même chose pour les transmissions, un marché quant à lui plus complexe.

Les moteurs réajustés, réusinés ou remanufacturés

« Un moteur de remplacement neuf typique, disons de Venture 2000, va se vendre 8200 $ chez GM, ou 3000$ pour un GM «rebuilt ». Le même moteur, réusiné par des professionnels du réseau E.R.I., se vendra environ 2500 $. Nous, on vendra ce moteur environ 1800 $ pour un moteur qui est certifié moins de 50 000 km, et 1200 $ s¿il a parcouru plus de 100 000 km », affirme Jasmin Roy, spécialiste des moteurs recyclés chez Pintendre, société récemment acquise par LKQ, le géant américain du recyclage de pièces.

« Le contrôle de qualité est primordial », poursuit Jasmin, préposé au support technique. « La première chose que l¿on fait, c¿est de vérifier s¿il y a des bruits insolites ou des fumées suspectes, puis on procède à un test CO2 pour savoir s¿il y a du monoxyde de carbone dans le radiateur. On mesure ensuite la pression de vide du moteur. Ça nous permet de savoir en même temps si les valves sont étanches et si la compression est bonne ».

En règle générale, en bas de 100 000 km, un moteur est en bon état s¿il a bien été entretenu. Ce n¿est que rendu à 200, 300 et même 400 000 km qu¿un moteur normalement entretenu a besoin d¿être « reconditionné », c’est-à-dire réajusté, réusiné ou « remanufacturé », selon le cas.

Les réajustements peuvent consister à changer certains joints d¿étanchéité ou certaines pièces ou courroies. Le réusinage suppose quant à lui le machinage des culasses ou d¿autres surfaces. Quant aux moteurs « remanufacturés », c¿est une expression qui s¿applique aux entreprises spécialement organisées pour reconditionner des moteurs en grande série, comme E.R.I.

« Les retours sur les moteurs qu¿on prélève sont peu nombreux, moins de dix pour cent, et ce sont essentiellement des coulages de joints d¿étanchéité ou, plus rarement, des cognements, la plupart du temps dans le mois qui suit l¿installation. On demande au garagiste de faire quelques tests pour confirmer son diagnostic et on paie même son temps de vérification de la tête ou des joints », précise Jasmin Roy, qui est aussi diplômé en mécanique automobile.

On a rejoint à Québec Jacques Giard, président de Motrex, une firme d¿une vingtaine de techniciens qui « remanufacture » des moteurs et qui fournit directement garagistes, concessionnaires et recycleurs québécois tout en dépannant à l¿occasion les Napa de ce monde. Motrex fait partie du réseau E.R.I. qui a réussi à imposer à l¿industrie ses normes de qualité.

Jacques explique: « Le moteur est extrêmement durable s¿il est parfaitement entretenu. Plus encore que pour le corps humain, ses maladies sont le plus souvent symptôme d¿un abus ou d¿un entretien défectueux ».

Il n¿y a pas de place pour les demi-mesures quand on « refait » un moteur. « Un petit joint de 3$ qui coule peut briser la courroie de distribution et ruiner le moteur. Il n¿y a pas de petite économie à réaliser à recourir à des pièces de moindre qualité ». Le contrôle de la qualité et la précision sont donc de rigueur : « Là où tu pouvais travailler avec des tolérances de 3 ou 4 millièmes il y a quelques années, c¿est désormais d¿une précision de moins d¿un millième dont on a besoin », précise-t-il.

On a donc besoin d¿équipements de précision et de machinistes hautement qualifiés, doublés de talents de mécaniciens, ce qui coûte cher, mais on doit néanmoins compétitionner contre les moteurs usagés non reconditionnés et contre les pièces neuves qui arrivent à rabais de Chine.

C¿est un marché difficile et fragile, dans un monde où le consommateur connaît mal ses options. En conséquence, beaucoup de « rebuilders » lâchent la serviette, selon Jacques Giard. Celui-ci ne croit toutefois pas que les Chinois nous envahiront bientôt avec des moteurs de rechange bon marché en raison des coûts du transport et de la grande spécialisation requise pour faire ce boulot. « Par contre, on peut redouter l¿importation de blocs et de têtes de moteurs à bon marché », ajoute-t-il.

Les transmissions reconditionnées

Mario Paradis est conseiller technique en transmission chez LKQ-Pintendre Auto. C¿est un marché très axé sur le plus bas prix, dit-il: « On vend des transmissions qu¿on prélève sur des voitures mises à la casse, mais on refait aussi les transmissions sur place, ici chez Pintendre. On suit pour cela des cours spécialisés chez Matech, à Drummondville, qui sont les grands spécialistes dans ce domaine au Québec, et on essaie de se tenir à la fine pointe » précise-t-il. L¿ATRA (Automatic Transmission Rebuilders Association) aide aussi les techniciens à se tenir à jour, ce qui n¿est pas évident, avec l¿introduction croissante de senseurs électriques dans les transmissions.

« Une radio défectueuse, par exemple, peut bousiller votre transmission. On a vu ça sur des Volvo et sur des Cougar. Le volume de leur radio augmente quand augmentent les bruits de caisse; pour ce faire, c¿est l¿ordinateur de bord qui capte le signal via le vehicule speed sensor (VSS) branché à la transmission. Si la radio est défectueuse, un signal parasite sera envoyé à l¿ordinateur de bord qui déréglera la transmission », explique-t-il.

« Contrairement aux moteurs, les problèmes de transmissions sont très variables. Pour un pick-up GM donné, la transmission sera brûlée sur les embrayages de reculon, sur une autre, cela sera sur les embrayages d¿avant, pour une autre, ça sera un autre problème. Une transmission peut s¿enrayer pour un simple o-ring à 50 cents défectueux, mais 29 fois sur 30, elle pourra se réparer », ajoute-t-il. Les transmissions cassent rarement d¿elles-mêmes : c¿est le véhicule, la route et l¿usage inapproprié qui la brisent, selon Mario.

« Une transmission récupérée et inspectée d¿une carcasse de Lumina 2001 se vendra 880 $. La même transmission reconditionnée par nos professionnels se vendra environ 1250 $. Une transmission neuve se vendra toutefois de 3000 à 3500 $ et bien peu de clients opteront pour cette solution », précise Mario.

Les consommateurs peuvent aussi faire affaire directement avec des ateliers spécialisés dans le remontage sur place des transmissions, probablement le travail le plus complexe qu¿un technicien puisse faire dans le domaine de l¿automobile, comme en attestait notre chronique Mise au point de février dernier.

Matech BTA, à Drummondville se spécialise dans les pièces de la transmission et le réusinage de ses composantes maîtresses. On y compte 75 employés à temps plein répartis sur 50 000 pi. ca. en plus d¿entrepôts à Montreal et Toronto. Depuis 1980, on y remet à neuf des convertisseurs de couples (torque converters), une tâche qui consiste à réusiner le système de multiplication du couple situé à l¿entrée d¿une transmission automatique. « On dessert aujourd¿hui une bonne partie des ateliers spécialisés de la Colombie Britannique à Terre-Neuve en pièces de transmissions automatiques », a indiqué Martin Valois, un des co-propriétaires de cette prospère entreprise du centre du Québec.


Imprimer cette page



connexes


6 commentaires » for Moteurs et transmissions « recyclés »
  1. Reno Sirois says:

    je suis a la recherche d’une tete de moteur pour un Toyota celica st 1990. un 1600cc. ou pour le moteur au complet

  2. André Tessier says:

    je cherche un moteur T 120 flat head x 25”

  3. N St-Hilaire says:

    Je recherche un moteur reconditionner
    Modèle. dT 360

  4. pierre parent says:

    je cherche un 5.3 litre pour gmc 1500 2008 automatique

  5. Richard Anctil says:

    Bonjour, une transmission smartrack reconditionnée pour un Oldsmobile Bravada 2002 avec un 4.2 litres, le prix svp et je suis à Rimouski

  6. bruno bedard says:

    je recherche un moteur 2.8l de camionnette s-10 du debut des annees 80 a carburateur en bon etat ou recycle…!

Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*