Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   18-11-2005   by Bilan sur dix mois

Le recyclage des huiles usées


À peine 10 mois depuis le début officiel des activités de la Société de gestion des huiles usagées (SOGHU), le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Thomas J. Mulcair, constate avec satisfaction l’envergure du système de récupération et de mise en valeur des huiles usagées au Québec et rappelle l’importance de leur gestion écologique.

Réunis à Montréal, les représentants et les membres de la SOGHU ont exposé les mesures mises
en place pour améliorer la récupération et la mise en valeur des huiles usagées, des contenants
d’huile et des filtres usagés. Le système de gestion de ces matières résiduelles est le fruit d’un
vaste partenariat regroupant à la fois les détenteurs de marque et les premiers importateurs d’huile et de filtres au Québec, rassemblés pour former la SOGHU, les entreprises de récupération et de mise en valeur, les garages, ateliers, écocentres et municipalités, le ministère du Développement
durable, de l’Environnement et des Parcs et la société d’État RECYC-QUÉBEC.

« Voilà une industrie responsable, qui s’est rapidement prise en charge et a su relever avec
efficacité le défi de mettre en place des moyens de récupération des huiles usagées où chaque goutte récupérée fait une différence. La contribution financière de l’industrie des huiles et des filtres versée à la SOGHU permet d’accroître la récupération et d’améliorer la mise en valeur de ces résidus», a déclaré le ministre.

Lorsque récupérés et mis en valeur, les huiles usagées, les contenants d’huile ou de fluide et les
filtres usagés deviennent des ressources utiles qui génèrent des activités économiques
appréciables, contribuant ainsi au développement durable du Québec. Au contraire, s’ils sont
déversés dans la nature ou éliminés de façon inappropriée, ils sont des sources de pollution qui
peuvent affecter la qualité de l’eau, de l’air et des sols.

Notons qu’avant la mise en place par la SOGHU du système de récupération et de mise en valeur de ces résidus, on estimait qu’environ 30 millions de litres d’huile usagée, 2 200 tonnes de plastique provenant des contenants d’huile ou de fluide et quelque 9 millions de filtres échappaient à la récupération. Un premier bilan devrait être disponible au printemps 2006, mais déjà, depuis la mise en place du système de gestion, on note une amélioration sensible de la récupération de ces matières et tout spécialement des filtres.

La société RECYC-QUÉBEC, qui relève du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, a pour rôle d’accompagner la SOGHU dans l’implantation de son système de récupération. La société d’État RECYC-QUÉBEC, qui célèbre cette année ses quinze ans d’existence, a pour mission de promouvoir, de développer et de favoriser la réduction, le réemploi, la récupération et le recyclage de contenants, d’emballages, de matières ou de produits ainsi que leur valorisation dans une perspective de conservation des ressources. Elle est l’organisme désigné pour coordonner les activités de mise en valeur prévues à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008.


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*