Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   26-04-2011   by lautoeditor

CANADIAN TIRE AIDE LES CONDUCTEURS À COMBATTRE LA HAUSSE DU PRIX DE L’ESSENCE

Les conducteurs optent pour la méthode « faites-le vous-même »


 

 

En dépit des prédictions que le prix de l’essence pourrait grimper jusqu’à 1,40$ le litre cet été, les conducteurs québécois n’ont nullement l’intention de réduire le temps qu’ils passent derrière le volant selon les résultats d’un sondage national réalisé par Vision Critical pour Canadian Tire et dévoilé aujourd’hui.  En fait, 41% des conducteurs québécois ont révélé qu’ils préféraient diminuer leur temps de vacances plutôt que d’arrêter de conduire.  Dans l’ensemble du pays, plus de la moitié (56%) disent qu’ils se mettront eux-mêmes à la mécanique pour économiser sur les coûts associés à l’utilisation de leur voiture.

     Les conducteurs québécois prennent goût au bricolage
Les résultats du sondage dévoilent que les conducteurs au Québec vont retrousser leurs manches ce printemps afin d’entreprendre des travaux d’entretien normalement confiés à un mécanicien si le prix de l’essence ne s’était pas mis à grimper :
   37 % ont dit qu’ils vérifieraient et remplaceraient le filtre à air eux-mêmes
   37 % vont tenter de changer leurs propres pneus
   60 % pensent qu’ils pourraient surveiller et remplir les liquides de la voiture
   50 % vont inspecter et remplacer les lumières de la voiture

 La tâche « faites-le vous-même » numéro 1 des Canadiens est de faire le ménage de la voiture.  D’ailleurs, 90 % ont dit que ce n’était pas justifié de confier le travail à un professionnel.  Certains sont même impatients de se retrousser les manches pour le faire eux-mêmes; 18 % des hommes ont avoué que nettoyer leur automobile était leur tâche ménagère préférée.

« Après un long hiver, les Canadiens ont hâte de sortir et de prendre la route avec la famille et les amis et nous disent qu’ils ne veulent pas perdre ce privilège, mais cherchent malgré tout des moyens d’économiser », explique Andrews Davies, vice-président, Automobile chez Canadian Tire.  « Avec un peu d’effort physique et les bons produits, ils peuvent avoir à l’année longue une belle voiture qui roule bien et ce, sans se ruiner. »

Bien que les conducteurs canadiens soient prêts à en faire plus, le sondage démontre qu’il y a toutefois une limite à ce qu’ils vont entreprendre comme travaux sur leur automobile.  Autaux de 81 %, les Canadiens disent qu’ils préfèrent laisser aux professionnels le soin de faire la réparation des freins.

Que ce soit fait par un mécanicien expérimenté ou à la maison par les conducteurs bricoleurs, les experts de Canadian Tire recommandent un entretien printanier afin d’économiser en essence et d’éviter ultérieurement des réparations dispendieuses.  Voici ce qui peut être fait : 

  • Débarrassez-vous de l’hiver : Enlevez vos pneus d’hiver et nettoyez les saletés hivernales et l’accumulation de sel
  • Roulez : Vérifiez la bande de roulement des pneus et assurez-vous une fois par mois de respecter les pressions de gonflage recommandées
  • Regardez sous le capot : Remplissez tous les liquides essentiels (liquide de transmission, liquide de freins et liquide de refroidissement) et faites vérifier votre huile régulièrement
  • Assurez-vous d’avoir une bonne visibilité : Remplacez les balais d’essuie-glace usés ou endommagés, ainsi que les phares brûlés afin de conserver une bonne visibilité et sécurité

À propos du sondage

Du 6 au 8 avril 2011, la firme Vision Critical a mené un sondage en ligne auprès d’un échantillon de 1 012 adultes canadiens choisis au hasard, membres du panel de consommateurs du forum Angus Reid et qui conduisent une voiture au moins trois fois par semaine. Les données complètes issues de ce sondage ont été pondérées statistiquement selon les données de recensement les plus récentes relatives au sexe, à l’âge, à la région de résidence et au niveau d’éducation (ainsi que de la langue, pour le Québec), afin de s’assurer que l’échantillon est bien représentatif de l’ensemble de la population adulte canadienne. La marge d’erreur de ce sondage est de ±3.0%, 19 fois sur 20. Les disparités dans ou entre les totaux sont le résultat de l’arrondissement des données