Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   20-03-2018   by Dan Healing, THE CANADIAN PRESS

Un véhicule autonome Uber tue une piétonne, les essais sont suspendus


Toronto est l’une des villes où la compagnie teste des véhicules autonomes

Uber Technologies Inc. a suspendu tous ses essais de véhicules autonomes, y compris un programme à Toronto, à la suite de ce que l’on croit être le premier accident mortel impliquant un véhicule autonome.

Les tests d’Uber ont été arrêtés après que la police d’une banlieue de Phoenix a déclaré qu’un de ses véhicules autonomes a heurté et tué une piétonne dimanche soir.

Le véhicule était en mode autonome avec un conducteur au volant lorsqu’une femme qui marchait à l’extérieur d’un passage pour piétons a été happée, a déclaré le sergent de police de Tempe, Ronald Elcock.

« La piétonne était à l’extérieur du passage pour piétons, a déclaré le sergent Elcock. Et dès qu’elle est entrée dans la voie de circulation, elle a été frappée par le véhicule. »

La femme est décédée de ses blessures à l’hôpital.

Le National Transportation Safety Board, qui fait des recommandations pour la prévention des accidents, et la National Highway Traffic Safety Administration, qui peut promulguer des règlements, ont dépêché des enquêteurs.

« Des nouvelles incroyablement tristes de l’Arizona », a déclaré Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, sur Twitter.

« Nous pensons à la famille de la victime pendant que nous travaillons avec les forces de l’ordre locales pour comprendre ce qui s’est passé. »

Les essais se poursuivent depuis des mois à Toronto, dans la région de Phoenix, à Pittsburgh et à San Francisco, alors que les constructeurs automobiles et les entreprises technologiques rivalisent pour être les premiers à utiliser cette technologie.

« La piétonne était à l’extérieur du passage pour piétons. Et dès qu’elle est entrée dans la voie de circulation, elle a été frappée par le véhicule. »

– Le sergent Ronald Elcock de la police de Tempe, en Arizona

 

Uber Canada a déclaré lundi dans un courriel que deux de ses véhicules étaient en train d’être testés à Toronto, mais qu’ils n’avaient pas de passagers à leur bord.

Il a déclaré que des tests sont effectués depuis l’automne dernier, en utilisant un logiciel qui a été étudié en simulation et sur la piste d’essai avant d’être déployé sur la route.

Mais la fatalité ne risque pas de faire dérailler l’industrie des véhicules sans conducteur, car elle est à un stade très précoce de son développement, a déclaré Ross McKenzie, directeur général du Centre for Automotive Research de l’Université de Waterloo.

« Je suis choqué. C’est très, très décevant », a-t-il dit.

« C’est choquant parce que c’est quelque chose que nous aspirons à ne jamais voir. Tout le but de la conduite autonome est de rendre le fonctionnement des véhicules plus sûr parce que vous sortez de l’équation du comportement aléatoire et imprévisible des conducteurs humains, comme accélérer pour passer à un feu orange ou détourner les yeux de la route pour prendre un café. »

Il a ajouté que l’incident servira à concentrer davantage l’industrie sur la sécurité.

Le centre de recherche de Waterloo possède une flotte de quatre voitures autonomes qu’il est en train de tester. M. McKenzie a déclaré que la plupart des essais ont lieu sur une piste fermée, mais les premiers essais sur une route publique ont eu lieu l’année dernière.

D’autres essais sur route sont prévus pour cette année et il a déclaré que l’incident n’a entraîné aucun changement immédiat à cet horaire.

Le Canada a mis du temps à adopter des véhicules sans conducteur, mais certains progrès ont été réalisés.

En janvier, Suncor Energie Inc. a annoncé qu’elle allait lancer un projet de déploiement de camions de transport de minerai sans conducteur dans ses mines de sables bitumineuses éloignées du nord de l’Alberta, en remplacement de ceux exploités par les humains.

L’initiative, qui fait suite à des années d’essais, devrait éliminer environ 400 emplois. L’entreprise de Calgary prévoit mettre en place une flotte de 150 camions Komatsu d’une capacité de 400 tonnes au cours des six prochaines années.

L’image publique des véhicules sera définie par des histoires comme l’accident de Tempe, a déclaré Bryant Walker Smith, un professeur de droit de l’Université de Caroline du Sud qui étudie les véhicules autonomes. Il se peut qu’il n’y ait rien que le véhicule ou son soutien humain aurait pu faire pour éviter l’accident, a-t-il dit.

D’une manière ou d’une autre, la fatalité pourrait nuire à l’image de la technologie et conduire à des pressions pour plus de réglementations au niveau de l’État et de celui du fédéral, a dit M. Smith.

Les véhicules autonomes équipés de capteurs laser, radar et caméra et d’ordinateurs complexes ont été considérés comme un moyen de réduire les plus de 40 000 morts par an aux États-Unis. Quatre-vingt-quatorze pour cent des accidents sont causés par des erreurs humaines, indique le gouvernement.

Les véhicules autonomes ne conduisent pas en état d’ébriété, ne somnolent pas et ne sont pas facilement distraits. Mais ils ont des défauts.

« Nous devrions être préoccupés par la conduite automatisée », a déclaré M. Smith. Nous devrions être terrifiés à propos de la conduite humaine. »

Peter Kurdock, directeur des affaires réglementaires pour Advocates for Highway and Auto Safety à Washington, a déclaré lundi que le groupe avait envoyé une lettre à la secrétaire chargée des transports, Elaine Chao, se disant préoccupé par le manque d’action et de surveillance de la part du ministère à mesure que les véhicules autonomes se développent. Cette lettre était prévue avant l’accident.

M. Kurdock a déclaré que l’accident mortel devrait servir de « rappel saisissant » aux membres du Congrès qui doivent « réfléchir à toutes les questions pour mettre en place le meilleur projet de loi possible afin d’éviter que plus de ces tragédies se produisent ».

 


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*