Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   25-01-2019   by La Presse canadienne

L’Ontario approuve les véhicules sans conducteur sur les routes


Les véhicules sans conducteur sont maintenant autorisés sur les routes de l’Ontario.

Le ministre des Transports, Jeff Yurek, a annoncé que depuis le 1er janvier, les participants au programme pilote de véhicules automatisés de l’Ontario pourront tester les voitures sans conducteur sur les routes publiques dans des conditions strictes. Ces conditions incluent la présence d’un passager dans le véhicule ou d’un opérateur à distance surveillant le véhicule.

Les autorités locales devront également être avisées de tout test, a déclaré le gouvernement.

Les neuf participants au programme pilote – parmi lesquels figurent QNX de BlackBerry, Magna, Uber et l’Université de Waterloo – testent actuellement 10 véhicules, mais n’utilisent pas encore des véhicules entièrement autonomes.

L’Ontario a été la première administration au Canada à permettre les essais sur route de véhicules autonomes lorsque le projet-pilote de 10 ans a été lancé en 2016.

M. Yurek a également annoncé que le public pourra conduire des véhicules automatisés de «niveau 3» qui gèrent les fonctions de conduite les plus critiques pour la sécurité, mais que le conducteur doit être prêt à prendre le contrôle du véhicule à tout moment.

L’utilisation de ces véhicules était auparavant réservée aux participants au programme pilote. Le gouvernement progressiste-conservateur a déclaré qu’il ne connaissait pas encore de tels véhicules à vendre au Canada, mais qu’une fois disponibles, ils seront autorisés sur les routes de l’Ontario.

Quiconque conduit un véhicule avec n’importe quel niveau d’automatisation doit toujours être attentif et se conformer à toutes les lois.

Désormais, les participants au programme pilote peuvent aussi tester la circulation en «peloton», qui permet aux véhicules – en particulier les véhicules commerciaux – dotés d’une technologie intelligente de communiquer et de se suivre étroitement. Cela pourrait contribuer à économiser du carburant, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à améliorer la sécurité routière, a déclaré le gouvernement.

Les changements avaient été proposés pour la première fois l’an dernier par le gouvernement libéral précédent.


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*