Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   30-07-2018   by Nathalie Savaria

Les aînés à l’origine de la révolution des véhicules semi-automatisés?


Votre père et votre mère pourraient-ils être à l’origine de la révolution de la technologie derrière la conduite semi-automatisée ? Cela semble possible.

Selon une nouvelle étude de la Fondation de recherches sur les blessures de la route (FRBR), les conducteurs âgés au Canada pourraient jouer un rôle majeur dans l’adoption des véhicules semi-automatisés, alors que les véhicules traditionnels sont peu à peu remplacés par des véhicules automatisés sur nos routes.

L’étude, financée par la Fondation Toyota Canada, suggère que, contrairement aux idées reçues, la génération aînée est réceptive à la technologie semi-autonome dans les véhicules.

« Nos conclusions étaient assez surprenantes. Elles ont montré que les conducteurs plus âgés sont très réceptifs à l’utilisation des véhicules semi-automatisés, a déclaré Robyn Robertson, président-directeur général de la FRBR. Cela va à l’encontre de la logique, dans la mesure où l’on associe généralement l’adoption de nouvelles technologies aux jeunes générations. »

L’étude de la FRBR consistait à analyser les connaissances, les attitudes et les habitudes des conducteurs âgés à partir des données recueillies dans des groupes de réflexion et dans un sondage en ligne réalisé auprès de 2 662 Canadiens.

Les résultats de cette étude ont révélé que les conducteurs âgés sont conscients que la technologie des véhicules semi-automatisés peut accroître leur sécurité sur la route et leur sentiment de confiance dans leur aptitude à conduire. Selon eux, cette technologie permet d’améliorer la mobilité et de prolonger leurs années de conduite en atténuant les erreurs associées à des facteurs liés à l’âge, en particulier le déclin des facultés perceptuelles, cognitives et physiques.

Les personnes de 65 ans et plus représentent actuellement un Canadien sur sept. Au cours des deux prochaines décennies, ce nombre atteindra 10 millions, soit le quart de la population canadienne.

« Compte tenu de leur comportement sécuritaire au volant et de leur ouverture aux nouvelles technologies susceptibles de les aider, les conducteurs âgés semblent prêts à jouer un rôle de chefs de file dans la transformation du parc de véhicules de notre pays, a ajouté M. Robertson. Les conducteurs âgés semblent posséder les importants attributs qui en font des candidats idéaux à l’adoption précoce et sécuritaire. »

Cependant, la courbe d’apprentissage pour les aînés sera plus importante que pour les générations plus jeunes, ce qui signifie qu’une formation supplémentaire peut être nécessaire.

« Cette intéressante dichotomie nous pose à tous un défi important. Si nous voulons que cette transition s’effectue en douceur, nous devons dispenser une formation plus poussée aux conducteurs », affirme Larry Hutchinson, membre du conseil d’administration de la Fondation Toyota Canada.


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*