Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   13-03-2019   by Ramesh Santanam, The Associated Press

États-Unis : Pittsburgh implante un décret visant à renforcer la confiance du public quant aux véhicules autonomes


Les entreprises testant des véhicules autonomes à Pittsburgh devront immédiatement signaler les accidents ayant causé des blessures, conformément aux nouvelles directives publiées lundi afin de renforcer la confiance du public dans les tests, à la suite de l’accident mortel survenu en Arizona l’année dernière.

Karina Ricks, directrice du département de la mobilité et des infrastructures de la ville, a déclaré que Pittsburg travaillait sur des lignes directrices avant l’accident du 18 mars 2018, à Tempe, quand l’un des véhicules autonomes d’Uber a heurté et tué une piétonne alors que celle-ci traversait une rue mal éclairé en dehors d’un passage pionnier.

«L’accident de Tempe a créé l’urgence d’émettre des lignes directrices», a déclaré Mme Ricks.

Les directives de Pittsburgh figurent dans un décret signé par le maire Bill Peduto.

«Nous ne voulons pas que cette situation se reproduise», a déclaré Raj Rajkumar, professeur et codirecteur du General Motors-Carnegie Mellon Vehicular Information Technology Collaborative Research Lab.

Un autre accident provoquerait «une réaction sociale», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il espérait que des directives telles que celles adoptées par Pittsburgh et les entreprises qui effectuent des tests contribueraient à apaiser les inquiétudes du public.

«Cela indique que la ville veut que la technologie se développe, évolue, se mesure, et qu’elle veut travailler avec les entreprises et l’université où la technologie est née», a-t-il déclaré.

Les représentants des cinq entités testant des véhicules autonomes à Pittsburgh – Aptiv, Argo AI, Aurora Innovation, Carnegie Mellon University et Uber – ont exprimé leur soutien à la mesure du maire Peduto.

Ces cinq entreprises ont 30 jours pour soumettre leurs informations initiales, telles que les quartiers où elles prévoient effectuer des tests, les horaires et les plans de sécurité et d’atténuation des risques, a déclaré Mme Ricks. Les nouveaux arrivants – la ville s’attend à ce que davantage d’entreprises considèrent Pittsburgh comme un terrain d’essai – doivent soumettre ces informations 10 jours avant le début des essais sur route.

En vertu de ces directives, les entreprises disposent de trois jours pour signaler les collisions entraînant des dommages. Le décret du maire Peduto demande également aux entreprises de fournir à la ville plus d’informations, par exemple en obligeant chaque testeur à déclarer le nombre total de milles parcourus, même en mode manuel.

Les entreprises devront soumettre un rapport deux fois par an à la ville, qui publiera ensuite des rapports de synthèse à l’intention du public, a déclaré Mme Ricks.

«Nous voulons vraiment savoir ce que vous faites. Laissez-nous comprendre comment vous utilisez les rues de notre ville », a-t-elle déclaré.

Bryant Walker Smith, professeur de droit à l’Université de Caroline du Sud, qui étudie les véhicules autonomes, a déclaré que Pittsburgh faisait un pas dans la bonne direction.

«Vous ne pouvez pas être un partenaire si vous n’avez aucun pouvoir, a déclaré M. Smith. C’est une question de confiance. Les entreprises font-elles ce qu’il faut? Sont-elles transparentes? Est-ce qu’elles reconnaissent leurs erreurs?

Cependant, la ville n’obligera pas les testeurs à faire un rapport chaque fois que le système autonome sera désactivé, ce qui est une exigence en Californie.

Lorsque les conducteurs désengagent les systèmes autonomes, ils le font souvent par prudence plutôt qu’à cause d’une faille technologique, a-t-elle déclaré. 

Lorsque le ministère des Transports de Pennsylvanie a autorisé Uber, en décembre dernier, à reprendre les essais sur route de véhicules autonomes, il a demandé au service de covoiturage de compter au moins un chauffeur auxiliaire humain – deux si l’entreprise prévoit parcourir plus de 40 km par heure – dans chaque véhicule autonome.

Selon Mme Ricks, tous les véhicules autonomes testés à Pittsburgh ont maintenant deux chauffeurs auxiliaires, quelles que soient leurs limitations de vitesse.

Même si «les véhicules sans conducteur ne deviendront pas une réalité avant de nombreuses années et qu’il y aura de nombreuses étapes de croissance difficiles à surmonter», a déclaré M. Rajkumar, il est essentiel de poursuivre les essais sur route.

Le maire Peduto a déclaré que ce décret appelait à un partenariat fondé sur la confiance, la compréhension de la mission et les valeurs partagées. La ville veut «travailler main dans la main avec les concepteurs de véhicules autonomes», a-t-il déclaré.


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*