Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   22-01-2018   by Allison Jones, The Canadian Press

Des voitures sans conducteur pourraient bientôt rouler sur les routes de l’Ontario


Les automobilistes de l’Ontario pourraient bientôt se retrouver sur la route à côté d’une voiture sans conducteur au volant.

Le gouvernement libéral de la province propose de modifier les règlements de son projet pilote sur les véhicules automatisés afin de permettre des essais sans conducteur. À l’heure actuelle, les essais de véhicules entièrement autonomes ne sont permis qu’avec un conducteur au volant, mais le gouvernement sollicite les commentaires du public sur une proposition visant à éliminer cette exigence.

« L’Ontario est bien placé pour être un chef de file mondial dans le développement, l’essai et le déploiement de véhicules connectés et automatisés et prend des mesures pour assurer ce rôle », a déclaré le ministre des Transports Steven Del Duca dans un communiqué.

Lorsque le projet pilote a été lancé en 2016, la province a été la première administration au Canada à autoriser les essais sur route de véhicules automatisés. Sept participants sont actuellement présents, notamment BlackBerry QNX, Magna, Uber et l’Université de Waterloo. Tous les participants ont exprimé leur intérêt à tester des véhicules sans conducteur, a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Les modifications automatisées proposées pour les véhicules comprennent également la possibilité pour les membres du public de conduire des véhicules qui ne sont pas entièrement automatisés – capables de conduite autonome dans des scénarios limités – une fois qu’ils sont offerts à l’achat.

Dans le cadre du projet pilote actuel, ces véhicules ne sont autorisés sur les routes de l’Ontario que pour des pilotes approuvés, mais le gouvernement veut modifier les règlements afin de permettre aux conducteurs réguliers d’acheter, d’immatriculer et d’exploiter ces véhicules sans restrictions supplémentaires.

Pour les tests entièrement sans conducteur, une exemption au Code de la route serait ajouter afin de la rendre légale et les participants devraient remplir certaines conditions, comme avoir un plan d’interaction avec la police et un lien de communication avec un opérateur à distance.

Le gouvernement a déclaré lors du lancement de son projet pilote initial que l’exigence d’un conducteur était une mesure de sécurité au cas où une personne aurait besoin de prendre le contrôle d’un véhicule automatisé si « un événement inattendu se produit ».

La déclaration de M. Del Duca n’a pas abordé spécifiquement le changement proposé ou les mesures de sécurité, mais un porte-parole a déclaré que les nouveaux règlements assureraient la sécurité routière tout en facilitant l’innovation.

La proposition permettrait également de tester la conduite en peloton, c’est-à-dire lorsque les véhicules, en particulier les véhicules commerciaux dotés de technologies intelligentes, communiquent et se suivent de près.

« Les recherches préliminaires suggèrent que la formation de pelotons pourrait réduire la consommation de carburant, réduire les émissions de gaz à effet de serre et contribuer à améliorer la sécurité et l’efficacité routières », écrit le gouvernement dans son registre réglementaire. « Cette proposition rapprocherait davantage l’Ontario des autres administrations qui autorisent actuellement la conduite en peloton de véhicules commerciaux et répondrait aux intérêts de l’industrie. »

L’Ontario consacre 80 millions de dollars sur cinq ans à l’établissement du projet du Réseau autonome d’innovation en matière de véhicules pour appuyer la recherche et le développement menés par l’industrie, y compris une zone de démonstration à Stratford.

 


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*