Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   02-05-2018   by La Presse canadienne

Les prix de l’essence atteignent leur plus haut niveau depuis quatre ans


Les Canadiens qui célèbrent le début de la belle saison ont été consternés par un autre phénomène printanier: la hausse des prix de l’essence à travers le pays.

Selon GasBuddy.com, le prix moyen de l’essence ordinaire au Canada était d’environ 1,33 $ le litre, en hausse de 22 cents par rapport à la moyenne de 1,11 $ le litre à la même époque l’an dernier.

Le record de la journée a été établi en 2014 à un peu plus de 1,37 $.

Les prix de la région de Vancouver atteindront 1,61 $, mais devraient chuter de quatre à six cents le litre au cours des prochaines semaines alors que deux raffineries de l’État de Washington redémarrent après des arrêts d’entretien, a annoncé Dan McTeague, analyste pétrolier de GasBuddy.

Mais il a affirmé que les prix remonteraient ensuite dans le Lower Mainland – et à travers le pays – alors que la saison de conduite bat son plein.

« Au cours des prochaines semaines, je pense que les prix vont baisser, mais après le 24 mai, c’est à ce moment-là que les prix commenceront lentement mais sûrement à grimper », a déclaré McTeague.

Selon lui, il est possible que le prix moyen au Canada cet été soit d’environ 1,36 $ le litre.

GasBuddy a indexé lundi les prix moyens à Vancouver à plus de 1,58 $ le litre, en hausse de 28 cents par rapport au 30 avril dernier. McTeague s’attend à des prix presque records à Montréal et à Toronto cet été.

La hausse des prix du pétrole entraîne une hausse des prix du carburant. Le prix de référence du pétrole brut américain a atteint 68,64 $ US le baril la semaine dernière, soit le plus haut niveau depuis décembre 2014.

Les prix du carburant augmentent habituellement au Canada et aux États-Unis durant le cycle d’entretien annuel des raffineries, ce qui réduit l’approvisionnement, a déclaré Michael Ervin, analyste du marché du carburant et vice-président principal chez Kent Group Ltd.

Les fortes économies nationales soutiennent des prix encore plus élevés alors que la demande est stimulée par les exportations de la côte du golfe du Mexique vers des clients au Mexique et en Amérique du Sud, a-t-il ajouté.

«Tout au long de l’été, en général, les prix sont plus stables à mesure que la demande se stabilise et que les raffineurs passent par leurs redressements saisonniers, ce qui leur permet de mieux répondre à cette demande », a déclaré M. Ervin.

« Je pense que c’est ce que nous verrons. Mais je ne dis pas que nous sommes encore à la fin des augmentations. »

Selon M. McTeague, les hausses du prix du carburant se répercuteront sur l’économie, ce qui entraînera des dépenses moins discrétionnaires, des taux d’inflation plus élevés et des hausses des primes de carburant pour le transport de marchandises par camion, par train et par avion.

M. Ervin a déclaré que les prix de gros de la région de Vancouver sont habituellement plus élevés que dans la plupart des autres régions du Canada en raison de problèmes logistiques liés à l’approvisionnement du marché. Il affirme qu’un prix de gros moyen à Vancouver (excluant les taxes et les marges de détail) est d’environ 98 cents le litre, soit environ 10 cents de plus qu’à Winnipeg.

La moyenne nationale quotidienne des États-Unis pour l’essence ordinaire est de 2,81$ US le gallon, en hausse par rapport à environ 2,39 $ US le gallon il y a un an, selon le Oil Price Information Service.

« Ce sera la saison de conduite la plus chère depuis 2014 », a déclaré Tom Kloza, responsable mondial de l’analyse énergétique pour le Oil Price Information Service.

Plusieurs facteurs ont contribué à la hausse des prix du pétrole. Une vague de croissance économique mondiale a fait augmenter la demande de pétrole. En même temps, les réductions de production amorcées par l’OPEP l’année dernière ont contribué à réduire l’approvisionnement en pétrole.

Aux États-Unis, les livraisons de pétrole ont diminué de 1,1 million de barils au début de la saison de conduite de cet été, qui va d’avril à septembre, il y a un an, selon l’US Energy Information Administration (EIA).

Cela a amplifié l’augmentation habituelle des prix  de l’essence observée à cette période de l’année. Déjà, la demande des consommateurs américains pour l’essence a atteint un niveau record pour le mois d’avril, selon l’EIA.

 


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*