Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   05-12-2018   by Nathalie Savaria

Une nouvelle étude de l’AIA Canada axée sur les défis en matière de main-d’œuvre


Selon cette étude, «le secteur aura besoin d’effectifs spécialisés pour composer avec les perturbateurs du marché tels que les véhicules légers hybrides et à pile à combustible, les systèmes électroniques, les réseaux et les technologies cellulaires et numériques».

Intitulée Observations sur le marché du travail – Pénuries, défis et possibilités de l’industrie du marché secondaire de l’automobile au Canada, l’étude est le fruit d’un projet de recherche de deux ans réalisé par l’AIA Canada en collaboration avec Desrosiers Automotive Consultants (DAC) et d’autres partenaires de recherche afin d’analyser la situation du marché du travail dans le secteur canadien du marché secondaire.

Le rapport, dont l’échantillon du secteur de la mécanique comprend 250 répondants et celle du secteur de la carrosserie, 156 répondants, a été lancé hier par l’AIA Canada. Les prévisions en matière d’emplois de 15 professions portent sur une période allant de 2017 à 2022.

Avec l’arrivée de plus de véhicules dans le marché secondaire pendant cette période, la demande de main-d’œuvre spécialisée et non spécialisée s’accroîtra, souligne-t-on dans le rapport.

Or, «la distribution sur les plans de l’âge et du niveau d’expérience chez les personnes à l’emploi de l’industrie en 2017 indique un écart entre l’augmentation prévue de la demande et l’offre de personnes qualifiées pour y répondre».

Ainsi, «outre la demande accrue de main-d’œuvre spécialisée qu’annonce le scénario actuel du marché, le secteur aura besoin d’effectifs de plus en plus spécialisés pour composer avec les perturbateurs du marché tels que les véhicules légers hybrides et à pile à combustible, les systèmes électroniques, les réseaux et les technologies cellulaires et numériques.»

Pour répondre aux besoins de main-d’œuvre accrus, le rapport recommande notamment la mise en place de «programmes de recyclage qui permettront aux techniciens et techniciennes en poste de rester à jour en matière de progrès technologiques ».

De plus, il suggère que « la formation en matière de diversité et d’inclusion doit devenir une composante tactique des programmes d’apprentissage des nouveaux techniciens et techniciennes ».

Pour consulter l’étude, cliquez ici.


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*