Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   03-04-2018   by The Associated Press

L’EPA va assouplir les normes d’émissions


L’agence de règlementation environnementale a annoncé lundi qu’elle allait assouplir les normes d’émissions pour les voitures et les camions, affirmant qu’un calendrier mis en place par le président Barack Obama n’était pas approprié et fixait des normes « trop ​​élevées ». 

L’Environmental Protection Agency (EPA) a indiqué qu’elle avait achevé un examen qui toucherait les véhicules pour les années modèles 2022-2025, mais elle ne précisait pas les détails sur les nouvelles normes, qui, selon elle, sont à venir. Les normes actuelles de l’EPA exigent que la flotte de nouveaux véhicules obtienne 36 miles par gallon (mpg) en conduite réelle d’ici 2025. C’est environ 10 mpg au-dessus de la norme existante. 

L’agence a déclaré dans sa décision que la réglementation de l’administration Obama «présente des défis pour les constructeurs automobiles en raison de leur faisabilité, soulève des problèmes potentiels liés à la sécurité automobile et entraîne des coûts supplémentaires importants pour les consommateurs ». 

L’EPA, en partenariat avec la National Highway Traffic Safety Administration, travaillera à l’élaboration de nouvelles normes. 

Les constructeurs automobiles ont applaudi la décision de lundi, affirmant que les exigences actuelles auraient coûté des milliards de dollars à l’industrie et augmenté le prix des véhicules en raison du coût de développement de la technologie nécessaire. 

« C’était la bonne décision, et nous soutenons l’Administration dans la poursuite d’un effort axé sur les données et d’un programme national unique afin de finaliser les futures normes, a déclaré Gloria Bergquist, vice-présidente aux communications et aux affaires publiques de l’Alliance of Automobile Manufacturers. Nous apprécions que l’Administration travaille pour trouver un moyen d’augmenter les normes d’économie de carburant et de garder les nouveaux véhicules abordables pour plus d’Américains. »

Les écologistes, quant à eux, ont averti que les réductions proposées rendraient les voitures américaines plus chères.

« Personne en Amérique n’a envie d’acheter une voiture dont la consommation d’essence est pire et qui crache plus de pollution par son tuyau d’échappement, a déclaré Fred Krupp, président de l’Environmental Defense Fund. Concevoir et construire des voitures plus propres et plus rentables est ce qui a aidé les constructeurs automobiles à rebondir au plus profond de la récession et sera la clé de la compétitivité mondiale des États-Unis dans les années à venir. »

Tout changement est susceptible de provoquer une longue confrontation juridique avec la Californie, qui a le pouvoir d’établir ses propres normes de pollution et de consommation d’essence et qui ne veut pas qu’elles changent. Environ une douzaine d’autres États suivent les normes de la Californie, et ensemble, ils représentent plus du tiers des véhicules vendus aux États-Unis. Actuellement, les normes fédérales et californiennes sont les mêmes. 

Certains groupes conservateurs pressent l’administrateur de l’EPA, Scott Pruitt, de se débarrasser de la dérogation qui permet à la Californie d’établir ses propres normes. M. Pruitt a déclaré dans un communiqué lundi que l’agence travaillera avec tous les États, y compris la Californie, pour finaliser les nouvelles normes. 

« Le fédéralisme coopératif ne signifie pas qu’un État peut dicter des normes pour le reste du pays, a-t-il déclaré. L’EPA établira une norme nationale pour les émissions de gaz à effet de serre qui permettra aux constructeurs automobiles de fabriquer des voitures que les gens veulent et peuvent se permettre, tout en élargissant les avantages environnementaux et de sécurité des nouvelles voitures. »

Le procureur général de la Californie, Xavier Becerra, a déclaré que son équipe examinait la décision de l’EPA. 

« Nous sommes prêts à porter plainte si nécessaire pour protéger ces normes et pour combattre la guerre de l’Administration à notre environnement, a déclaré M. Becerra dans un communiqué. La Californie n’est pas devenue la sixième plus grande économie du monde en étant une spectatrice. » 

Une déclaration commune des gouverneurs de la Californie, de l’Oregon et de Washington, ainsi que des maires de Los Angeles, Oakland, San Francisco, Portland et Seattle, a également décrié la décision de l’EPA. 

« Cette décision nous ramène à des années d’avancées de l’industrie automobile mises en branle par les États qui ont pris les devants dans l’établissement de normes d’émissions, indique le communiqué. Ces normes ont permis d’éliminer le brouillard et le smog dans nos villes et de renverser des décennies de problèmes chroniques de pollution de l’air, tout en mettant plus d’argent dans les poches des consommateurs. »

Le sénateur Edward J. Markey a déclaré que les normes existantes sont « techniquement réalisables et économiquement réalisables », et a ajouté qu’il utiliserait tous les outils législatifs pour bloquer les changements. 

« Réduire ces normes équivaudrait à remettre les clés de notre politique énergétique au Big Oil et à l’industrie automobile », a déclaré le sénateur démocrate du Massachusetts, membre du Comité de l’environnement et des travaux publics et président du groupe de travail sur le climat du Sénat. 

Selon M. Markey, les normes devraient permettre d’économiser près de 2,5 millions de barils de pétrole par jour d’ici 2030, soit autant de pétrole qui est chaque jour importé des pays de l’OPEP. 

Il pourrait falloir quelques années à l’EPA pour proposer de nouvelles normes, recueillir les commentaires du public et finaliser les changements. En attendant, les constructeurs automobiles doivent procéder à des plans pour les nouvelles voitures et camions dans le cadre des exigences actuelles de consommation d’essence, car il faut des années pour développer des véhicules. 


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*