Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
nouvelles   11-10-2018   by Nathalie Savaria

Grand Forum 2018 : se mobiliser pour l’avenir de l’industrie


De gauche à droite, Gaëtan Dussault, membre du CA, Mario Comtois, membre du CA, Antoine Janisse, membre du comité organisateur, André Latreille, président du CA, Patrick Saint-Pierre, membre du CA, Réjean Lortie, responsable du comité organisateur et maître de cérémonie, Roger Goudreau, directeur exécutif de la division du Québec de l’AIA, Jacques Parent, membre du CA, Bernard Lefebvre, membre du CA, et Jean Falcon, membre du CA. Absents sur la photo : Michel Metcalfe, membre du CA, Daniel Boyer, membre du CA, et Rachel Leduc, coordonnatrice de projets, division du Québec (Photo : Newcom Media)

Même s’ils sont venus moins nombreux au Grand Forum de cette année, les participants ont réservé un accueil enthousiaste aux conférenciers, dont les interventions étaient axées autour d’un thème essentiel : l’avenir par l’attraction intégrale. Se rendre attractif à tous les niveaux, tant auprès de la clientèle que de la main-d’œuvre, tel était le message au cœur du Grand Forum 2018.

Le maître de cérémonie et responsable du comité organisateur du Grand Forum, Réjean Lortie, a donné le coup d’envoi au grand rassemblement annuel de l’industrie qui s’est tenu à Drummondville, la semaine dernière.

Nouvelles et actualités associatives

Le président de la division du Québec, André Latreille, a immédiatement pris la parole, en centrant son intervention sur les enjeux de main-d’œuvre et en rappelant la nécessité pour l’industrie de multiplier les liens avec les centres de formation professionnelle (CFP) et de tendre la main à la relève. Il a également souligné que «le moment est venu d’agir pour attirer et retenir la clientèle».

M. Latreille a ensuite cédé son micro au président de l’AIA Canada, Jean-François Champagne.

Celui-ci a profité de l’occasion pour annoncer le lancement prochain du site AutoConnexe, un outil interactif bilingue permettant d’avoir accès à des données cruciales sur l’industrie, qui mettra l’accent sur 15 emplois dans le secteur de la mécanique et de la carrosserie.

L’année 2019 sera aussi axée pour l’AIA sur la poursuite de la lutte pour le droit à la réparation. «C’est le nerf de la guerre», s’est exclamé M. Champagne.

«Les véhicules sont beaucoup plus complexes et il faut se demander quelle est la meilleure façon de s’assurer que, dans le futur, l’après-marché dispose de l’information dont il a besoin pour pouvoir réparer les véhicules de demain», a déclaré en entrevue le président de l’AIA Canada.

M. Champagne a également annoncé qu’à compter du 1er janvier 2019, les ateliers de mécanique et de carrosserie pourront adhérer à l’association par l’entremise d’un nouveau programme associé.

«On veut créer un lien plus proche avec les ateliers, qui sont directement touchés par la disponibilité de l’information sur l’entretien des véhicules», dit-il.

L’importance de la relève

Patrick Saint-Pierre, responsable du Comité Relève, a fait le point sur le dossier de la foire aux stages, dont il est l’instigateur.

M. Saint-Pierre a invité Benoît Ménard, enseignant au Centre de formation Compétences-2000, à monter sur scène en compagnie de deux anciens élèves, Jean-François Lévesque, médaillé d’or aux Olympiades québécoises des métiers et des technologies, qui travaille chez un concessionnaire, et Élias Merheb, qui est au service d’un atelier du marché secondaire.

Ces derniers ont évoqué leur parcours professionnel et répondu aux questions de leur ex-enseignant sur leurs conditions de travail, en mentionnant entre autres le coût prohibitif des outils.

M. Ménard a ensuite donné un exposé fort intéressant sur la façon d’accueillir les stagiaires et les nouveaux employés en atelier, en présentant notamment les attentes de la nouvelle génération envers le métier. Les propos de l’enseignant ont soulevé l’enthousiasme des congressistes, dont quelques-uns sont allés au micro pour poser des questions ou livrer un témoignage.

Pour conclure cette matinée, les organisateurs du Grand Forum ont réservé une surprise aux congressistes en invitant sur scène les trois médaillés aux Olympiades (or, argent et bronze) : Jean-François Lévesque, Nicolas Paul, Charles Desbiens, pour leur remettre une bourse d’études de 500 $ au nom de la division du Québec.

Des conférences autour du thème central

L’AIA Québec proposait aux congressistes trois conférences afin de leur permettre de réfléchir au thème principal de l’événement sous différents angles.

En matinée, Richard Aubé a présenté une conférence inspirante intitulée «L’attraction, une question de contagion».

Selon lui, un dirigeant d’entreprise doit être un grand capitaine pour son équipe. Le capitaine est celui qui a la capacité d’influencer, d’accompagner et de conscientiser ses employés. C’est un rassembleur qui insuffle le goût d’apprendre et de s’améliorer, et qui est un catalyseur, un modèle fort qui inspire par sa manière d’être. Ainsi, «au-delà des compétences, dit M. Aubé, c’est l’attitude qui fait la différence».

Développer les compétences comme un coach au hockey, savoir écouter, complimenter, donner une rétroaction constructive en temps réel, consulter et solliciter les commentaires, tels sont les aspects à privilégier dans la relation avec les employés, notamment les milléniaux, a déclaré M. Aubé, qui affirme que 93 % de ce qu’on retient relève de l’émotion.

En après-midi, au cours de sa conférence intitulée «Le marketing numérique et les réseaux sociaux», François Bertrand a abordé la question de l’attraction par la technologie de manière pratique, en interrogeant certains congressistes sur leurs façons de faire.

À chacun d’entre eux, il a suggéré des améliorations souvent gratuites et accessibles afin de mesurer, d’analyser et d’accroître le trafic sur leur site Internet ou de bonifier l’utilisation des adresses courriels de leurs clients.

En cette ère de l’économie de l’attention grugée par les appareils technologiques, il devient crucial, selon cet expert qui réalise notamment des vidéos pour les CFP, de développer des stratégies pour capter l’intérêt des jeunes de 15 à 20 ans.

Pour clore le Grand Forum, les organisateurs avaient convié Christiane Germain, coprésidente du Groupe Germain Hôtels.

Lors de sa conférence intitulée «L’attraction par l’image», Mme Germain a relaté son parcours professionnel, amorcé dans le secteur de la restauration, en mettant en relief l’importance de l’image et du pouvoir réputationnel d’une entreprise auprès des clients et des fournisseurs.

L’expérience client est l’une des forces sur lequel repose son modèle d’affaires. «Ce serait très facile de traiter mon produit comme une commodité, a-t-elle déclaré. Mais il importe de faire vivre une expérience aux clients.»

Mme Germain a souligné que le Groupe Germain Hôtels est d’abord une entreprise familiale. Tout nouvel employé entre ainsi dans une grande famille et doit partager la même vision.

Au sujet des milléniaux, Mme Germain affirme qu’elle est prête à tenir compte de leurs besoins et de leurs goûts, «mais il faut conserver la culture de l’entreprise».

Le témoignage d’une jeune congressiste

À l’issue du Grand Forum, Sarah Cusson, vice-présidente de Garage Mathieu Mécanique SHC, un atelier situé à Drummondville et qui arbore la bannière TechNet, s’est dite très satisfaite de sa participation au Grand Forum, même si elle aurait espéré y voir plus d’ateliers.

«C’est mon représentant Denis Turcotte qui m’a invitée. J’adore ça, j’ai appris beaucoup. J’ai trouvé plein d’outils qui vont m’aider. J’ai pris plein de notes, comme sur les sites Web. On n’a pas encore de site Web et je sais que ça en prend un, éventuellement.»

À 29 ans, la jeune femme, qui se dit proche de la relève dont il a été question tout au long du congrès, a particulièrement apprécié les propos de Benoît Ménard, qui a parlé de l’importance de la reconnaissance auprès des jeunes employés.

«Je sais comment moi je veux être traitée, et c’est comme ça que je traite mes employés. Le salaire pour moi est beaucoup moins important que la reconnaissance», a confié Sarah Cusson.

«On apprend beaucoup, et ça donne de la motivation. C’est comme un boost avant le rush des pneus!», a-t-elle conclu sur une note enthousiaste.

 

Le Grand Forum 2018 en images


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*