Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
Article de fond   01-12-2012   by / par Ghislain Roy

Injection directe : problème de nettoyage ?


Pourquoi les soupapes d’admission s’encrassent-elles sur un moteur à injection directe au bout d’à peine 20 000 km ? En fait, le moteur à injection directe ne s’encrasse pas plus qu’un autre, mais il a un problème de nettoyage. Pour mieux comprendre, suivez mon raisonnement.

On peut penser que c’est seulement de l’air qui entre dans le moteur. C’est vrai… mais, par contre, le système de recyclage des gaz du carter (positive crankcase ventilating — PCV) réintroduit des vapeurs d’huile dans le collecteur d’admission. Sur un moteur à injection classique, l’injecteur est placé au-dessus de la soupape d’admission. Lorsque l’injecteur s’ouvre pour laisser passer du carburant, la soupape est fermée. L’essence frappe alors la soupape et la « nettoie » du même coup. Ce n’est que quelques millisecondes plus tard que la soupape s’ouvrira et laissera entrer le mélange d’air, d’essence et de vapeur d’huile. (Photo A)

L’injection directe: autre technologie

Sur un moteur à injection directe, il est possible que des symptômes de qualité de conduites apparaissent après aussi peu que 20 000 km. Regardez la photo B. Comme vous le constatez, l’injecteur est placé directement — d’où son nom — dans la chambre de combustion. Dans cette configuration, les vapeurs d’huile entrent toujours dans le collecteur d’admission et viennent en contact avec la soupape d’admission. La température de cette soupape est beaucoup plus élevée sur ce moteur, car il n’y a aucune goutte d’essence liquide qui la frappe. Par le fait même, elle n’est plus nettoyée.

Comme si ce n’était pas assez, certains moteurs à injection directe avec arbre à cames variable, retardent le moment de fermeture de la soupape d’échappement afin de créer un effet de recirculation des gaz d’échappement — équivalent à la soupape EGR. C’est bien, mais maintenant, nous avons dans le cylindre des gaz déjà brûlés avec la suie qui accompagne ces gaz. Dans le but de diminuer la dépression dans le collecteur d’admission et augmenter l’économie de carburant, le système de gestion laisse la soupape d’admission ouverte pendant que le piston remonte en compression. En d’autres termes, le piston commence à remonter et la soupape d’admission est encore ouverte laissant remonter par la soupape la suie qui était entrée précédemment par la soupape d’échappement.

Le système Lexus

Les ingénieurs se penchent sur ce problème et, de l’aveu d’un ingénieur, il est normal de revoir des moteurs à injection directe avec des injecteurs supplémentaires dans le collecteur d’admission. C’est le cas de la Lexus GS350 qui présentent 6 injecteurs directs et 6 autres injecteurs dans le collecteur d’admission. Ces derniers servent à « nettoyer » les soupapes d’admission. Jusqu’à ce qu’on trouve une meilleure idée, peu importe le manufacturier.

Gardez donc ces informations en tête lors de votre prochain diagnostic de moteur ! o



Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*