Services à l’abonné
Magazine & e-Bulletin
L'automobile
Article de fond   12-06-2018   by Nathalie Savaria

Conduire un VÉ en solo


**NOUVEAU** Nous reproduisons la chronique de notre expert en environnement et innovation Yves Racette, parue dans le numéro de mai-juin 2018 du magazine L’automobile.

La SOLO d’Electra Meccanica, une entreprise située à Vancouver

Aimez-vous conduire un véhicule électrique (VÉ) ? Détestez-vous le fait d’être seul dans un véhicule construit pour cinq passagers ?

Eh bien, Electra Meccanica, une entreprise canadienne située à Vancouver, pourra vous aider à résoudre votre problème. Son nouveau VÉ, la SOLO, permet aux conducteurs les plus solitaires de voyager en toute tranquillité, tout en profitant de l’autonomie et de la vitesse d’un VÉ régulier.

La SOLO a été conçue pour les automobilistes respectueux de l’environnement et qui ont besoin de peu d’espace pour se déplacer ou aller au travail. Elle est tout de même dotée d’un coffre avant ayant une capacité de rangement de 245 litres et d’un espace arrière d’un volume de 40 litres.

Le VÉ coûte environ 15 500  $ US (19 888 $ CAN), ce qui le rend assez abordable. À l’aide d’une batterie lithium-ion de 16 kW et de ses cellules 18650 (eh oui, les mêmes que celles que Tesla utilisaient), on « thermo-régularise » le tout au moyen d’un serpentin et de gel (je suis bien curieux d’en apprendre plus sur ce procédé !). Avec une autonomie de 160 km sur une seule charge, la SOLO peut atteindre une vitesse maximale de 130 km/h. Elle comporte une garantie de deux ans, kilométrage illimité, qui sera de série.

La SOLO affiche un design unique

J’ai pu essayer la SOLO lors de ma dernière visite à Vancouver, et je dois dire qu’elle ne manque pas d’attirer l’attention avec ses lignes et son design uniques. Elle offre une accélération, une conduite sportive et une maniabilité assez impressionnantes. Propulsée par un moteur de 82 HP et 128 Nm, elle peut passer de 0 à 100 km/h en 8,0 secondes. Et lorsqu’elle est branchée dans une prise de 220 volts, il ne faut que trois heures pour la recharger complètement (ou six heures dans une prise de 120 volts).

Les spécifications étonnantes ne s’arrêtent pas là. Bien qu’il s’agisse d’un véhicule à trois roues, la SOLO offre des commodités semblables à celles d’un VÉ moderne à quatre roues. On y trouve une chaîne stéréo Bluetooth, une caméra de recul, une entrée sans clé à distance, des vitres électriques, la climatisation et le dégivrage, bien sûr, un aspect important pour des véhicules roulant sur les routes du Canada ! De plus, elle dispose de roues en alliage d’aluminium de 15 pouces et de freins à disque.

Le moteur de la SOLO

La SOLO sera fabriquée en Chine et distribuée prochainement en Californie (juin ou juillet 2018), où il y a une forte demande pour ce genre de véhicule.

On verra peut-être cette voiture sillonner un jour les routes de la Belle Province. D’ailleurs, j’ai eu vent que des tests sont actuellement en cours chez PMG Technologies, à Blainville, en banlieue nord de Montréal, afin d’approuver le véhicule et de délivrer la certification canadienne !

L’entreprise ne s’arrêtera pas là. Elle commercialisera en 2019 un autre modèle, la Tofino, un véhicule décapotable de deux places, 100 % électrique. D’allure très sportive, ce VÉ disposera d’une autonomie de 400 km et pourra atteindre une vitesse maximale de 200 km/h !

 


Imprimer cette page



connexes


Commentaire:

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*