Et si l’Ontario accueillait les constructeurs chinois?